Première croisière en voilier ?
Travaillez votre vocabulaire et faites le fier sur le pont !

Ces quelques mots de vocabulaires marins vous permettront de prendre un maximum de plaisir lors du voyage, de participer aux manœuvres et de vous sentir complètement à votre aise !

Sans oublier bien sûr de prendre du plaisir à observer le spectacle des vagues, des falaises et des dauphins quand il y en a. Savourez le temps présent, trouvez une place au soleil à l’arrière du bateau et profitez d’un bain de soleil !

Si vous n’êtes pas sûr de pouvoir répondre à ces question, lisez vite la suite de cet article :

Savez-vous prononcer bouts ?
On le prononce “boutes” et il désigne les “cordes” présentent sur le bateau. Chaque bout a sa propre fonction et possède une dénomination souvent précise pour que tout le monde se comprenne à bord !

Qu’est-ce que prendre la gaffe ?
Non il ne s’agit pas de subir une bourde d’un co-équipier ! La gaffe est une sorte de manche à balai télescopique prolongé par un crochet. Qui est extrêmement utile pour attacher le bateau à un coffre pour vos escales ! Pour savoir ce qu’est un coffre, lisez plus loin 😉

A quoi sert de choquer la voile ?
Il ne s’agit pas ici d’émotion bien sûr ! Choquer la voile consiste à relâcher les “boutes” qui tiennent la voile. Cela a pour effet d’éloigner la voile de l’axe du bateau.

Bienvenue à bord !

Un voilier se divise en deux espaces de vie importants sur le bateau : le cockpit et le carré.

Le pont du bateau ?
C’est l’espace extérieur. D’où l’expression “être sur le pont”, qui signifie être paré à faire quelque chose. Ou encore “être au taquet”, encore plus fort, qui signifie être à 100%. Cette seconde expression est également liée à l’univers marin. En effet, le taquet est en voile un “moyen de maintenir un cordage à une certaine position ou une voile plus ou moins tendue”, comme en témoigne le site Expressio.

Installez-vous ! Vous pouvez notamment vous asseoir à l’arrière du cockpit, espace extérieur à l’arrière du voilier, où s’effectue la plupart des manœuvres mais également, si la météo le permet, le lieu où prendre ses repas et bien sûr ses légendaires apéros.

croisiere voilier un vrai moment de convivialite

En vous déplaçant, attention à ne pas vous cogner la tête contre la bôme ! La bôme désigne la partie horizontale qui tient la grand voile et qui est reliée au mât.

Maintenant, venez découvrez l’intérieur du voilier. Après la descente de quelques marches, vous entrez dans le carré, l’espace intérieur du voilier regroupant le salon, la salle à manger, la cuisine équipée, la table à carte… Une espace convivial et bien pensé, dont l’organisation varie évidemment d’un voilier à un autre. La photo ci-dessous est celle d’un carré de catamaran, particulièrement spacieux.

carre intérieur catamaran aux iles vierges Le carré intérieur d’un catamaran – Pascal Hacault

Et maintenant, mettons les voiles !

Pour bien démarrer, remplacer le mot “cordes”  par “bouts” ! 😉

Sur un bateau, vous serez certainement impressionné par le nombre de “cordes” : ce mot n’est jamais prononcé sur un bateau ! Pour faire vraiment marin, parlez de « bouts » à prononcer « boutes ». Chacun a un nom et un usage spécifique :

  • Les drisses ont pour rôle de hisser les voiles en haut du mat.
  • Les écoutes sont reliées à l’extrémité libre des voiles et servent à les ramener dans l’axe du bateau
  • Si l’on tire sur les écoutes, la voile se rapproche de l’axe du bateau : c’est ce que l’on appelle border la voile.
  • Si l’on lâche les écoutes, dire choquer, la voile s’écarte de l’axe du bateau et le bateau ralentit.
  • Enfin très important également : les amarres utilisées au port pour tenir, immobiliser le bateau.

Maintenant, à vous de les repérer sur le bateau ! Si vous ne retenez pas tout tout de suite, n’ayez crainte. Votre skipper vous fera avec plaisir une révision sur le pont du voilier !

Prenez la barre !

Pendant une croisière journée, le skipper peut laisser la barre à ses passagers et leur apprendre les rudiments de la voile La croisière avec skipper pro est l’occasion de “prendre la barre” – Skippair

La barre, c’est en quelque sorte le volant du voilier. En fonction du bateau, vous distinguerez les barres à roue, en forme de roue, et les barres franches. Ces dernières ne sont pas plus honnêtes que les premières 😉 Elles sont simplement reliées directement au gouvernail. C’est à dire à la partie immergée qui prolonge la barre et fait varier la direction du voilier.

Assez vite, le skipper vous apprendra à faire la différence entre abattre (s’écarter du vent), lofer (remonter dans le vent). Mais aussi empanner (virer de bord de façon à recevoir un vent arrière) ou virer bout au vent… Tout un programme !

Ces manœuvres nécessitent souvent l’aide de quelques équipiers : laissez-vous guider par votre skipper et mettez la main à la pâte. La croisière en voilier, c’est une très bonne occasion de découvrir une équipe de choc et de partager quelques fous rires !

Quand la pause s’impose !

Lors de votre croisière, les moments de navigation de quelques heures seront agrémentés de temps de pause pour une baignade, une visite, une plongée…

Pendant une croisière en voilier, il est toujours bon de se jeter à l'eau... Pendant une croisière en voilier, il est toujours bon de se jeter à l’eau… – Bob Thomas (iStockphoto)

Vous avez le choix entre un ponton, un coffre, ou un mouillage.

  • Si vous arrivez dans un port, vous “prenez un ponton. Vous devez préparer les aussières , rappelez-vous ces cordes qui servent à immobiliser le bateau. Vous pourrez également fixer les pare-battages (bouées rondes ou plates qui pendent sur le bord extérieur du voilier pour protéger la coque des chocs éventuels).
  • Si vous arrivez à un mouillage, c’est-à-dire une bouée dans un port ou près des côtes, vous “prenez un coffre“. Il ne s’agit pas d’un coffre fort, mais le plaisir n’a souvent pas de prix 😉
  • Enfin, si votre skipper préfère jeter l’ancre, vous devrez sortir l’ancre et actionner le guindeau (moteur permettant de baisser/relever l’ancre). Là, vous êtes libre de vous arrêter partout !

Et enfin, oubliez le mot lapin !

Même s’il s’agit de votre plat favori, sachez que ce mot est strictement interdit sur le bateau ! Prononcez donc “animal à grandes oreilles” pour vous éviter le mauvais œil 😉 Cette superstition remonte au temps des marins au long cours, qui embarquaient du bétail vivant pour pouvoir se nourrir pendant toutes les grandes traversées. Les petits animaux cités plus haut avaient la fâcheuse tendance à ronger tout type de matériaux, ce qui pouvait mettre en sérieux péril l’embarcation ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur Wikipédia.

A l’abordage !

Vous  avez lu l’article jusqu’au bout ? Vous voilà donc paré pour une croisière en voilier ! Bon, on ne vous garantit pas d’être exactement comme Popeye. Mais vous serez certainement plus serein ! Votre skipper se charge de votre sécurité et de vous assurer un voyage en toute confiance. Avec lui, découvrez les meilleurs mouillages : visitez la région comme vous ne l’avez jamais vue.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*