Elles sont toutes plus ravissantes les unes que les autres. Les calanques de Marseille forment un paysage grandiose à couper le souffle. Des falaises de calcaire vertigineuses, parsemées de touffes de végétation sur les hauteurs, elles sont baignées, à leurs pieds, par l’eau limpide d’une Méditerranée au paroxysme de sa beauté bleutée – vues de la mer, ces criques sauvages offrent un panorama spectaculaire. L’émerveillement est permanent tout au long des 20 kilomètres du littoral entre Marseille, Cassis et La Ciotat. Dans ces conditions, difficile de choisir LA plus belle escale dans les calanques… Elles le sont toutes !

Photo de Jean, skipper professionnel et amoureux des calanques de Marseille - Skippair

Ce n’est pas Jean qui vous dira le contraire. Skipper professionnel, il a déjà partagé avec vous son admiration pour les croisières dans les calanques en voilier. Il a accepté d’aller un peu plus loin cette fois et de nous révéler son coin préféré. Direction les Pierres-Tombées et l’Œil-de-Verre – tout un programme !

 

Mon escale dans les calanques : derrière le Cap Morgiou, des Pierres-Tombées à l’Œil-de-Verre
– Jean, skipper pro

Où se trouve le Cap Morgiou dans les calanques ?

A mi-distance environ de Callelongue, du côté de Marseille, et de Cassis, à l’est, le Cap Morgiou est un prolongement de la falaise de la Voile. Celle-ci se dresse comme un haut muret sur la Méditerranée. Elle est prolongée par la calanque de la Triperie, elle-même clôt, au sud, par le Cap Morgiou. C’est dans les entrailles de cette avancée rocheuse qu’a été découverte la grotte Cosquer en 1985 (son existence n’a été officiellement déclarée qu’en 1991). Cette cavité sous-marine, interdite au public, renferme des peintures et gravures préhistoriques exceptionnelles. Vous pouvez en voir quelques exemples ici.

Après avoir contourné le Cap Morgiou, votre voilier débouche sur un plan d’eau impressionnant, entouré d’imposantes murailles calcaires. Le mont Puget, point culminant du Parc national des calanques, est face à vous. De la mer, vous en devinerez la crête, avant de filer vers votre première escale dans les calanques.

Première escale dans les calanques : les Pierres-Tombées

Les calanques vues du Cap Morgiou, du Torpilleur à l'Oeil-de-Verre, en passant par les Pierres-Tombées Les calanques vues du Cap Morgiou.
Au premier plan se trouve le Torpilleur. Les Pierres-Tombées sont juste derrière. Dans le fond et dans l’ombre, on distingue la tache brune de l’Oeil-de-Verre en haut de l’une des falaises.

Lorsqu’il dépasse le Cap Morgiou, Jean laisse bien volontiers sur sa gauche la calanque du même nom, son petit port et son restaurant caché au fond de la crique. Il préfère continuer plein nord, vers celle de Sugiton et des Pierres-Tombées.

Les deux sont souvent confondues. Sugiton se remarque au Torpilleur qui veille à son entrée. Il s’agit en fait d’un long rocher immergé aux faux airs de navire militaire. Accessible à pied à partir de la faculté des sciences de Luminy, la calanque de Sugiton se décompose en deux petites criques. La troisième, plus à l’est, ce sont les fameuses Pierres-Tombées, devant lesquelles Jean apprécie tant de jeter l’ancre :

A mes yeux, c’est l’un des plus jolis endroits du parc. Mais on ne peut s’en rendre compte qu’à condition de s’approcher très près, de manière à distinguer le relief du paysage. Si on passe à 500 mètres au large, sans s’y arrêter, on dirait que tout est plat. Mais dès que l’on entre dans la calanque, on se retrouve dans un cirque, entouré par les falaises, avec des pierres plates tout autour de soi.

Le nom des Pierres-Tombées vient justement des fréquents éboulements qui ont façonné la crique et sa plage. La zone est ainsi considérée comme dangereuse pour tous les promeneurs à pied. Elle leur est formellement interdite depuis 2006. Cette année-là, un homme y est décédé, écrasé par la chute d’un bloc de roches. L’endroit, isolé du monde, était pourtant très prisé des naturistes.

Aujourd’hui, le seul moyen d’apprécier la calanque des Pierres-Tombées est donc de l’admirer en bateau. C’est d’ailleurs ce qu’a toujours pensé Jean : “il faut être en mer sur un voilier, avec 20 mètres de recul, pour admirer tous les détails de cette calanque. De la terre ou du bord de plage, tu n’avais pas du tout la même vision.”

Envie de faire cette escale dans les calanques en voilier ? Consultez nos offres de croisière ou contactez-nous !

Je vogue vers les calanques !

Une seconde escale sous le regard de l’Oeil-de-Verre

La mer est calme, le soleil brille. Les conditions sont idéales pour rejoindre la deuxième étape favorite de Jean dans les calanques. Il suffit de glisser le long de la côte un peu plus vers l’est que déjà vous y êtes.

Un étrange sentiment vous envahit alors. Cette deuxième escale dans les calanques prend un tour inquiétant. Ne vous sentez-vous pas en effet épié depuis que vous avez repris la mer ? Si bien sûr, vous avez senti son regard sur vous. Normal, l’Oeil-de-Verre vous toise depuis le début. Il vous surveille du haut de la “Concave”.

Non, vous n’êtes pas devenu fou sous la chaleur du sud de la France. Comme son nom l’indique, la Concave désigne une falaise dont la paroi est creusée, comme une orbite oculaire. A l’intérieur, la roche prend une couleur marron ocre et se met à scintiller au soleil. Ces éclats sont dus à la présence de cristaux dans la pierre.

La calanque de l'Oeil-de-Verre doit en partie son nom à cet oeil serti dans la roche - Photo d'Akunamatata (CC BY-ND 2.0) La calanque de l’Oeil-de-Verre doit en partie son nom à cet oeil serti dans la roche, pleurant des larmes de sang – Photo d’Akunamatata (CC BY-ND 2.0)

Mais la calanque doit aussi son nom à l’œil en céramique incrusté dans la falaise en 1904. Il en coule des larmes de sang. Probablement un… clin d’œil à l’extrême difficulté du terrain que traversent certains marcheurs aguerris, lancés à l’assaut de l’exigeant Pas de l’Oeil-de-Verre. Ce n’est que l’un des nombreux obstacles à franchir sur ce sentier escarpé d’une dizaine de kilomètres. Il vire d’ailleurs par endroits à l’escalade. Il faut dire qu’entre le Val Vierge, la Cheminée du Diable et le col de la Candelle, le menu est copieux et réservé aux experts.

Pour les autres, le voilier constitue sans nul doute la meilleure option disponible pour profiter de l’Oeil-de-Verre, également connu sous le nom de la calanque Saint-Jean-de-Dieu. Au-delà de ce prénom commun, ce qui plaît le plus à Jean ici, c’est l’atmosphère qui y règne :

Tu as l’impression d’entrer dans un trou creusé par la mer. Comme si tu pénétrais dans un cercle. La falaise est ronde, elle tombe à pic dans la Méditerranée. Tu ne peux même pas mouiller tellement la mer est profonde. Tu sens que c’est un endroit violent quand il ne fait pas beau. En revanche, quand les conditions sont bonnes, il faut absolument venir voir cette calanque.

Ce n’est alors plus l’Oeil-de-Verre qui brillera au soleil, mais le vôtre qui risque de s’illuminer devant tant de merveilles.

A propos des croisières avec Jean, skipper professionnel

Jean vous a présenté les calanques en voilier sur notre blog En Vogue. Envie d’aller les découvrir par vous-même ? Intéressé par une autre sortie en mer Méditerranée avec lui ? Skippair vous propose d’embarquer avec Jean sur trois croisières différentes :

  • Miniature de l'offre de croisière Skippair avec Jean dans les calanques de Marseille
  • Miniature de l'offre de croisière Skippair avec Jean sur la Côte d'Azur
  • Miniature de l'offre de croisière Skippair avec Jean dans le nord de la Corse

Ces offres sont également disponibles en bateau privatisé. Pour toutes vos demandes de croisière dans les calanques, en voilier ou catamaran, n’hésitez pas à contacter Skippair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*