Pas la peine de leur offrir une montre, ils ne sauraient pas quoi en faire. Quand les skippers du Vendée Globe s’élancent dans cette course en solitaire, c’est comme si le temps s’arrêtait. Les voilà qui changent de dimension, oublient les jours qui passent, les repères terriens, les heures auxquelles on mange et celles auxquelles on se couche.

Tanguy de Lamotte: « En solitaire, je vis au rythme du jour et de la nuit et pas au rythme de : Quelle heure est-il à Paris ?

Les héros du Vendée Globe nous racontent leur vie hors du temps au milieu de l’océan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*